ADRESSE

23, rue des Grands Champs, Laborde

89000 AUXERRE

contact[@]bassatoscana.fr

T : 06.74.36.51.48
 

 

Bassa Toscana reçoit le soutien de la ville d'Auxerre
  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Twitter Social Icon
Mentions légales
Un Soir qu'Amour ...

Ballet-Pantomime Renaissance

mise en scène, chorégraphie : B. Jacquet, S. Quéant

six danseurs

cinq musiciens

un comédien chanteur

durée : 1h15

Dans son château du bord de Loire, une grande dame convie des amis à un bal, manifestation festive très prisée des nobles en ce XVIème siècle.

Un jeune seigneur se laissera séduire par les charmes des jouvencelles, provoquant rivalité et combat, propres à une société avide de gloire et d’amour. Mais rapidement, la poésie, l’émotion et la gaieté calmeront ces élans chevaleresques pour faire place aux joies de la fête.

Par la danse, la société de la Renaissance veut affirmer sa noblesse et sa distinction. Gavottes, volte, pavanes illustreront cette fresque historique délicatement associée à une vérité esthétique.

A Mon Seul Désir

Ballet-Pantomime Renaissance

Evocation de la « Dame à la Licorne »

mise en scène, chorégraphie : B. Jacquet, S. Quéant

deux danseurs

trois musiciens

durée : 40 min

Inspiré des six tapisseries de « La Dame à la Licorne », le spectacle « A mon seul désir » est un conte fantastique, musical et dansé, où le réel et l’imaginaire s’interpénètrent. Selon certaines théories, la Licorne, animal fabuleux, unit le monde matériel (le toucher, le goût, l’odorat) au monde spirituel (la vue, l’ouïe). Un damoiseau chasseur, en quête d’une impossible proie, veut capturer la Licorne, symbole de pureté et de vérité. A son approche, l’animal merveilleux prendra l’aspect d’une femme qui réveillera ses cinq sens, propres à la vie terrestre.

La Nymphe au Cœur Sauvage et le Berger

Ballet-Pantomime Renaissance

d'après la pastorale « Aminte » de Le Tasse

mise en scène, chorégraphie : B. Jacquet, S. Quéant

adaptation texte : C. Lapeyre

deux danseurs

un musicien

un comédien

durée : 45 min

Amour se cache, et attend. Mais n’est-ce pas la vérité de l’Amour ? Toujours je me dissimule, je me dérobe à la vue, et j’avance masqué. Jamais je ne suis là où l’on m’attend. On m’espère, on me redoute, on me fuit, parfois. Hélas, pour vous, mortels, toujours, je suis vainqueur de toutes lois. Sylvie, nymphe de Diane, en fit un jour l’expérience cruelle. Aminte, au cœur meurtri, se lamentait. Il aimait Sylvie, et n’était pas aimé. Elle, la Nymphe au cœur sauvage, ne rêvait que de forêts profondes, de chasses et de proies vaincues par l’arc et la flèche. Rien ne parvenait à émouvoir le cœur de la belle Indomptable

Arlequin et le Miroir

Ballet Renaissance - Commedia dell'arte

mise en scène, chorégraphie : B. Jacquet, S. Quéant

deux danseurs

trois musiciens

durée : 45 min

Le canevas de ce ballet dans l'esprit de la Commedia Dell'arte est une Arlequinade. Sous différents masques, le danseur exprime le caractère bien défini des personnages de cette forme de théâtre italien, né en 1545. Colombine, repoussant les avances du triste Pantalon, trouve auprès du rusé Arlequin le dénouement heureux d'un mini drame. En effet, le Capitan, l'épée à la main, hélas tremblante, a perturbé, par ses frasques, le quotidien de Colombine.

«La Belle Danse» du bal au théâtre

Ballet Baroque

mise en scène, chorégraphie : N. Nguyen

quatre danseurs

quatre musiciens

durée : 1h15 min

Bal Renaissance

maîtres à danser : B. Jacquet, S. Quéant

deux danseurs

trois musiciens au minimum

durée : 1h30

Bal Renaissance

« La danse est dépendante de la musique et modulation d’icelle, qui est un des sept arts libéraux ; car sans la vertu rythmique, la danse serait obscure et confuse ; d’autant qu’il faut que les gestes des membres accompagnent les cadances des instruments musicaux et ne faut pas que le pied parle d’un et l’instrument d’autre. » Thoinot Arbeau.

 

Les danseurs de Bassa Toscana, accompagnés de musiciens et à la suite d'une démonstration de pavanes, gaillardes et voltes, invitent le public devenu acteur à un moment festif et ludique propre au bal de la Renaissance.

 

Lors du bal, le répertoire de « musiques à danser » du XVIème siècle et l'Orchésographie de Thoinot Arbeau trouvent leur raison d’être dans l’expérience vivante et contemporaine de la pratique de la danse, pour initiés ou débutants, costumés ou non.